Comprendre les objectifs du Grenelle de l’environnement

Composé de diverses rencontres, le Grenelle de l’environnement vise en grande partie à faire face au réchauffement climatique via l’établissement de politiques de développement durable et de politiques de protection de l’environnement. Voici quelques informations qui vous permettront de mieux comprendre les objectifs du Grenelle de l’environnement. 

Définition et principes du Grenelle de l’environnement

Le Grenelle de l’environnement est une succession de rencontres politiques pendant lesquelles les participants ont pris des décisions concernant de près ou de loin l’environnement et le développement durable en vue de restaurer la biodiversité. Organisées en France durant le mois de septembre et le mois de décembre 2007, ces rencontres avaient pour but de mettre en place des stratégies plus efficaces pour améliorer les performances énergétiques tout en faisant en sorte de diminuer les émissions de gaz à effet de serre en France. Le Grenelle Environnement regroupe cinq principaux acteurs du développement durable, à savoir : l’État, les collectivités locales, les entreprises, les ONG et les salariés.

Répartis en différents groupes de travail, ces principaux acteurs ont participé à divers ateliers se portant sur la lutte contre la dégradation de l’environnement et la préservation de la biodiversité. Ces réunions et rencontres donnent lieu à des débats, des propositions, et des projets de réalisation qui ont ensuite abouti à différents types d’engagements et propositions de loi visant à faire respecter les perspectives élues. Par conséquent, le Grenelle de l’environnement peut être considéré comme une sorte de plan composé de plusieurs mesures et actions pré-évaluées dans le but d’améliorer l’écologie de la France. Plus d’informations sur ce site

Objectifs en matière de biodiversité

Le Grenelle de l’environnement a principalement pour but de proposer des actions gouvernementales en faveur de l’environnement, de l’écologie et de la biodiversité. En effet, l’écologie et la biodiversité sont un axe important dans la préservation de l’environnement souhaité par les participants du Grenelle. D’une manière générale, les objectifs en matière de biodiversité sont de créer le système de trame verte qui permettra de relier les espaces naturels afin que la faune et la flore puissent coexister sur un même territoire. De ces actions résultent la mise en place de nouveaux projets d’aménagement et les lois de responsabilité environnementales. Certains pays adhérents ont par exemple créé des zones tampons, des corridors écologiques alors que d’autres ont restauré des espaces verts dans leurs villes. D’autre part, pour que les objectifs en matière de biodiversité soient atteints, la plupart des politiques environnementales et les actions menées doivent se focaliser sur la consommation et l’amélioration des énergies. Ainsi, le grenelle vise à se concentrer sur le développement des énergies renouvelables afin de diminuer, de manière effective, la consommation en énergie d’ici la fin de l’année 2020. Cela explique les mesures adoptées lors de la réalisation des actions, comme l’interdiction de l’utilisation des lampes à incandescence et la création de la taxe carbone.

La santé et l’agriculture : Quels objectifs ?

Selon les statistiques, l’agriculture fait partie des secteurs d’activités qui émettent le plus de CO2, soit 25 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Ainsi, les mesures adoptées dans la réalisation du Grenelle de l’environnement ne garantiront des résultats positifs que si les programmes de réalisation tenaient compte des causes et impacts des dégradations environnementales sur la santé et sur l’agriculture. De plus, ce plan d’action environnemental possède ses propres objectifs relatifs à la santé, dont l’interdiction de la vente de certains matériaux et produits jugés dangereux pour la santé, l’amélioration de la qualité de l’air, et la déclaration des nanomatériaux contenus dans les produits mis en vente dans tout le pays. Par ailleurs, ce plan d’action environnemental possède également des objectifs bien précis en matière d’agriculture. Il s’agit de réduire, voire éradiquer l’utilisation de pesticides nocifs pour l’environnement, le développement de l’agriculture biologique et des techniques qui y sont liées, et l’établissement de lois qui permettront de gérer la production, l’utilisation et la vente des OGM.  

Objectifs relatifs au transport et au bâtiment

Tout comme l’agriculture, le transport compte parmi les domaines les plus polluants du monde compte tenu de l’émanation de gaz à effet de serre qu’il dégage par an. Il s’agit donc d’un domaine significatif sur lequel se concentrent les objectifs du Grenelle de l’Environnement. En effet, les rencontres donnent lieu à la construction de plus de voies ferrées, encourageant la société à choisir les transports en commun et limitant ainsi la pollution dans les villes. De la même manière, les membres du gouvernement mettent en place un système de taxes permettant de privilégier l’utilisation de véhicules les moins polluants, ainsi que les taxes éco qui pénalisent les poids lourds sur le réseau routier. Outre les dispositions prises sur le plan transport, le Grenelle de l’Environnement prévoit aussi des mesures axées sur le bâtiment et l’habitat, deux domaines jugés comme étant source de pollution atmosphérique. De ce fait, le plan d’action environnemental qui résulte du Grenelle de l’Environnement va régulariser la consommation dans les bâtiments publics et dans les maisons neuves, et encouragera la mise en place de mesures incitatrices en matière de régularisation de consommation thermique dans tous les bâtiments. Les avantages fiscaux, et autres avantages font par exemple partie de ces stratégies d’encouragement adoptées par les pays participants.